CONFERENCE RESEAU-CETACES

par Mme Loret

Conférence Réseau-Cétacés

Jeudi 8 mars, nous avons assisté à la conférence Réseau-Cétacés présentée par trois membres de l’association : Sandra, la présidente et deux bénévoles, Valérie et Laurence. Elles nous ont présenté un diaporama qu’elles expliquaient au fur et à mesure que les images défilaient.
Elles ont commencé par nous expliquer quelles menaces pèsent sur les cétacés, puis quelles solutions existent. Ensuite, nous avons répondu à un quizz et enfin nous avons testé un casque de réalité virtuelle nous permettant de nager avec les dauphins.

I. Les menaces

L’homme est la principale cause de la mortalité des cétacés, notamment à cause des parcs d’attraction.

1, La chasse.

La captivité : les cétacés sont capturés en mer devant leur famille pour être emmenés dans les delphinariums. Les pêcheurs lancent les filets et choisissent ensuite les plus beaux spécimens pour remplir les parcs aquatiques où ils seront maintenus en captivité. Il arrive que certains se noient dans les filets. Les autres sont tués pour être mangés ou relâchés en mer avec peu de chance de survie suite à la perte de leur groupe et au traumatisme subi.
L’espérance de vie en captivité est bien moins longue que dans la nature. Il faut savoir qu’un dauphin dressé est vendu 200 000 dollars pour la captivité. C’est donc une activité lucrative.

La pêche industrielle : c’est une double menace. Non seulement les cétacés se prennent dans les filets des pêcheurs, mais les ressources en poissons s’amenuisent et ils en ont de moins en moins à manger. Les cétacés meurent donc de faim. En effet, 4 900 kilos de poissons sont pêchés dans le monde chaque seconde ! En 2050, on pense qu’il n’y aura presque plus de poissons dans les océans. Il y aura davantage de déchets.

2, La pollution
Les pollutions sonores (sonars, bateaux de plaisance et de transport, explosions sismiques) les empêchent de communiquer entre eux car entendre pour eux est aussi important que voir pour nous. Ils ont du mal à trouver des compagnons et à communiquer avec leurs enfants. Ils sont désorientés : la pollution sonore cause des échouages, des lésions cérébrales et des dommages au niveau de l’ouïe.

La pollution des déchets : il y a le pétrole libéré en mer, généralement après un naufrage, et les déchets déversés en mer. Les animaux marins meurent à cause de ce pétrole, ils se prennent dans les sacs plastique ou les prennent pour de la nourriture et s’étouffent . Ils meurent aussi de cancers, dus à cette pollution des océans.

Le réchauffement climatique  : les océans ont moins d’oxygène et moins de nourriture. Le cycle migratoire des baleines est perturbé car il est lié aux ressources alimentaires.

II. Les solutions

Pour sauver les cétacés, il faudrait :

- recycler les déchets plastiques, réduire sa consommation de plastiques et de produits du quotidien nocifs et/ou dérivés de la pétrochimie.
- créer des bateaux électriques et silencieux
- fermer les delphinariums, ne plus acheter de billets pour les delphinariums (on peut observer les cétacés dans leur milieu naturel : la plus grande colonie de dauphins en Europe se trouve vers Cancale, au nord de la Bretagne)
- interdire la pêche aux cétacés sous peine de grosse amende
- consommer du poisson issu de la pêche durable ou artisanale (ou ne pas en consommer du tout)
- sensibiliser les gens au sujet des dangers concernant les cétacés, partager les informations
- multiplier les poubelles de mer.

III. Ressenti lors de la nage avec les dauphins (casque de réalité virtuelle)
Nous avons sauté d’un bateau avec un masque, des palmes et une bouteille d’oxygène. Les dauphins sont apparus de tous les côtés, des grands, des petits, sûrement une famille. Nous étions très près d’eux. C’était magique ! Nous entendions leurs cris ; nous avions l’impression d’être parmi eux comme un membre de leur famille ! Puis le casque s’est éteint et l’aventure s’est finie !
Certains ont trouvé que c’était trop répétitif : les dauphins ne cessaient de tourner autour de nous. L’image était trop floue pour ceux qui n’ont pas réussi à la régler.

Pour en savoir plus, samedi 7 avril, au moment des Portes Ouvertes du Collège, passez au CDI voir l’exposition « Aimer les cétacés, c’est respecter leur liberté » ainsi que les travaux des élèves de 5e3 et de 5e4 en salle 14.

Voir en ligne : Site de l’association